Accueil Éducation San Pedro/ Le prefet de région solidaire des enseignants victimes de violence.

San Pedro/ Le prefet de région solidaire des enseignants victimes de violence.

Prefet region San Pedro
L'autorité préfectorale fera de la prochaine réunion une occasion de solidarité avec les enseignants victimes de violence de la part des élèves et d'individus inconnus.

Les enseignants et encadreurs des lycées publics Yébarth 1 et 2 de San Pedro, fréquemment confrontés à des actes de violence de la part d’élèves et d‘individus non identifiés dans ces écoles, ont récemment eu le réconfort du soutien du préfet de région

Les enseignants et encadreurs des lycées publics Yébarth 1 et 2 de San Pedro, fréquemment confrontés à des actes de violence de la part d’élèves et d‘individus non identifiés dans ces écoles, ont exprimé par le biais d’un syndicaliste, leur exaspération, après les dernières violences des élèves de ce lycée, qui ont refusé de prendre part aux examens blancs prévus du 22 février au 5 mars.

Le Secrétaire fédéral de la Coordination des enseignants du second degré de Côte d’Ivoire (CESCI) San Pedro, Gogbeu Bleu Adophe, professeur d’anglais au lycée Yébarth 2, a expliqué vendredi, à l’AIP, que même si la reprise des cours est prévue pour lundi, les enseignants des deux lycées ont décidé ce jour-là de se réunir afin de décider de l’attitude qu’ils vont adopter face à la récurrence de la violence des élèves dans ces deux lycées.

Gogbeu Adolphe
Adolphe Gogbeu, enseignant d’anglais et porte-parole syndical à San Pedro.
En effet, du 22 février au 5 mars, des examens blancs étaient prévus dans tous les établissements secondaires de San Pedro. Mais, les élèves des lycées Yébarth 1 et 2 ont refusé d’y prendre part, arguant qu’ils n’ont pas eu assez de temps pour les préparer, avant d’empêcher l’organisation desdits examens dans leurs établissements en s’en prenant, avec des jets de pierres aux proviseurs, aux enseignants, déchirant les épreuves et causant des dégâts matériels dans des salles de classes.

La police a pu les empêcher de troubler la tenue de ces examens dans les autres établissements, mis à part le collège moderne, un établissement voisin de ces deux lycées. Ainsi, depuis le 22 février jusqu’à ce vendredi, ces trois établissements secondaires sont restés fermés, en raison des actes de violences de certains élèves.

«Les autres établissements ont été sécurisés et organisent les examens, et chez nous aucune force pour nous sécuriser, malgré notre appel. Nous ne nous sentons pas en sécurité », a déclaré Gogbeu Adolphe. Il déplore le manque de clôture des lycées Yébarth.

Le préfet de région a décidé d’y tenir la prochaine réunion mensuelle des directeurs régionaux et chefs de services des administrations, afin d’exprimer leur solidarité aux enseignants et à l’administration de ces lycées.

PARTAGES

RÉAGIR

Prière de laisser votre commentaire
Prière de saisir votre nom ici