Accueil Gouvernement Meeting EDS, ambiance bon enfant

Meeting EDS, ambiance bon enfant

Meeting EDS
L'esprit de Laurent Gbagbo a plané sur ce meeting

L’opposition ivoirienne significative regroupée au sein de EDS, a tenu son premier grand meeting EDS samedi à Yopougon dans une ambiance bon enfant qui contraste avec les intimidations du pouvoir.

© direct225.com – dimanche 18 mars 2018 14h20 | Dernière mise à jour 14h20.

  • Respectez Yopougon de Gbagbo.
« Respectez Yopougon de Gbagbo ». C’est cette phrase que les militants de l’opposition ivoirienne significative regroupée au sein de EDS (Ensemble pour la démocratie et la souveraineté), plateforme de plusieurs partis politiques ayant Laurent Gbagbo pour référent politique, entonnaient par petits groupes, pour converger vers la place Cp1, lieu de la rencontre.

A la surprise générale, ils sont accueillis pas des forces de l’ordre qui tentent d’empêcher la tenue de la rencontre en usant de gaz lacrymogène et de tirs de sommation. Cyrille Koffi (30 ans) sera le blessé de cette « intervention provocatrice de la Police » selon les organisateurs qui assurent « avoir pourtant prevenu la police, la mairie et le ministère de l’Intérieur ». Le déploiement de ces forces à la demande de la municipalité Rdr (Rassemblement des Républicains), parti d’Alassane Ouattara, pose un véritable problème de bonne gouverance.

Meeting EDS
La police a tenté d’empêcher la tenue du meeting
La résistance est pacifique et se fait surtout sur les réseaux sociaux. Les cyber-activiste de EDS appellent à la mobilisation en diffusant des images de quelques responsables de structures de base, déjà présents sur les lieux, notamment des femmes. Ils montrent également les « douilles » de gaz lacrymogène et les épaisses fumées. Loin de décourager les militants, ces images les poussent à converger vers la place Cp1, d’autant plus que le retrait des forces de police, qui consacre une sorte de victoire aux mains nues est amplement relayé sur les réseaux sociaux.

C’est sur les décibels de la célèbre chanson « devant c’est maïs » que les leaders ont fait leur rentrée à la place Cp1, sous les acclamations des militants, conscients d’avoir remporté une petite victoire dans le combat contre la peur, née des traumatismes violents consécutifs à la crise postélectorale et des répressions aveugles du régime.
Sur les banderoles, dont certains sont improvisées, l’on pouvait lire les appels à la sortie de la peur, au combat pour la démocratie et pour les libertés collectives et individuelles.
Le président de EDS a appélé à une manifestation gigantesque, jeudi prochain pour la réforme de la Cei (Commission électorale indépendante) pour « pour exiger la réforme de la CEI aux ordres, déséquilibrée et dire non aux sénatoriales du 24 mars. »

Armand Leble
PARTAGES

RÉAGIR

Prière de laisser votre commentaire
Prière de saisir votre nom ici