Accueil Gouvernement Côte d’Ivoire: les découvertes macabres se succèdent.

Côte d’Ivoire: les découvertes macabres se succèdent.

Alassane Ouattara
Alassane Ouattara s'est adressé ce jour à la nation pour tenter de faire baisser la psychose, sans proposer de mesures concrètes.

Les découvertes macabres se succèdent. Le corps sans vie d’un homme d’une cinquantaine d’années environ, avec du sang coagulé dans les narines a été retrouvé, mercredi, dans un caniveau à Adjamé, au centre d’Abidjan, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.macabres direct225

La découverte macabre a attiré une foule de curieux toute la matinée, chacun voulant en savoir davantage sur l’identité de la victime et les raisons de sa mort. Selon les témoignages recueillis sur place par APA auprès des commerçants aux alentours du lieu de la découverte, il s’agit vraisemblablement d’une agression.

« Hier tard dans la nuit, des jeunes délinquants agressaient les passants dans la zone. C’est Certainement en ce moment qu’il été agressé et jeté dans le caniveau », témoigne une jeune vendeuse.

Macabres Découvertes en Côte d'Ivoire
Le caniveau dans lequel a été retrouvé le corps de l’homme de 50 ans.
Vers 10h (heure locale et Gmt), des jeunes commerçants exerçant aux alentours du lieu du drame, ont retiré le corps de la « victime » du caniveau qu’ils ont couvert en attendant l’éventuelle intervention des pompes funèbres.

Les agressions et autres enlèvements et assassinats, surtout d’enfants, suivis de découvertes macabres sont légions ces derniers temps dans le pays. Une situation qui créé de plus en plus la psychose dans la capitale économique ivoirienne et même à l’intérieur du pays.

Mardi soir, le conseil national de sécurité, à l’issue d’une rencontre, a dénombré huit cas d’enlèvements d’enfants dont trois décès enregistrés appelant les populations « à garder leur calme ».

Dans un discours télévisé, mercredi soir, le Président Alassane Ouattara parlant de ces assassinats d’enfants a promis que «tous les coupables seront traduits devant la justice et sévèrement punis ».

« Je vous invite donc, chers compatriotes, à ne pas céder à la psychose. Nous sommes déterminés à lutter contre ces pratiques inacceptables. Tous les moyens humains et matériels seront déployés pour faire la lumière sur ces évènements ignobles, afin d’éviter que cela ne se reproduise » a-t-il rassuré en concluant qu’il « ne doit plus jamais y avoir de cas de Bouba en Côte d’Ivoire. »

Bouba est le surnom du garçonnet de 4 ans qui a été enlevé à Williamsville dans la commune d’Adjamé et assassiné à Cocody-Angré, à l’Est de la capitale économique ivoirienne.

Manuella Jeanine Sissokaud
Avec Agence APA
LB/ls/APA

RÉAGIR

Prière de laisser votre commentaire
Prière de saisir votre nom ici