Accueil Éco Après des détournements massifs, le FMI au secours de la Côte d’Ivoire.

Après des détournements massifs, le FMI au secours de la Côte d’Ivoire.

Alors que son voisin, le Ghana, a déclaré vouloir se passer de la tutelle du FMI et de son aide financière, la Côte d’Ivoire renforce ses relations avec cette institution violemment critiquée sur le continent africain pour ses options économiques, notamment celles de l’ajustement structurel.

Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly a échangé jeudi avec une délégation du Fonds monétaire international (FMI), conduite par son Directeur départemental des finances publiques Vitor Gaspar.

Cette rencontre intervient dans un contexte de détournements massifs dans certains services de la Direction Générale des Impôts (Dgi) chargée de la collecte des recettes fiscales.

La délégation était venue faire le point du Hackathon 2018 qui s’est tenu du 27 au 28 février à Abidjan en vue de trouver des réponses concrètes au civisme fiscal et de répondre aux attentes accrues des usagers en matière de services.

A l’ouverture des travaux d’Abidjan, l’expert du FMI avait précisé que les recettes fiscales en Afrique subsaharienne figurent parmi les plus faibles du monde et pourtant, le potentiel d’accroissement de ces recettes est considérable.

Il a précisé que la mise en œuvre des recommandations du Hackathon permettra à la Côte d’Ivoire de booster ses recettes fiscales et innover ses services administratifs.

Organisée par le FMI en collaboration avec le secrétariat d’Etat auprès du Premier ministre chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, l’édition 2018 du Hackathon témoigne de la volonté du FMI de tirer le meilleur profit de l’innovation digitale pour le bénéfice des pays membres et vise à identifier des idées originales et innovantes à même d’apporter des solutions pertinentes aux défis chroniques.

Sous l’ancien chef de l’Etat Laurent Gbagbo, l’amélioration des recettes fiscales, par l’introduction de la « facture normalisée », avait facilité la mise en place du « budget sécurisé » qui a affranchi le pays de la dépendance de l’aide extérieure.

Manuella Jeanne sissokaud
avec AIP
PARTAGES

1 Commentaire

RÉAGIR

Prière de laisser votre commentaire
Prière de saisir votre nom ici